Les soins médicaux à domicile

Un mauvais état de santé ou un âge avancé entraîne le plus souvent un recours à des soins à domicile, mais qu’entend-on exactement par ce terme ?

Les soins à domicile diffèrent de l’aide à domicile classique, par l’aspect médical qui s’en dégage. Ils comprennent :

  • les soins infirmiers (piqûres, prises de sang…)
  • les soins d’hygiène
  • une aide dans les actes essentiels de la vie (repas, aide à la miction…).

Qui est concerné par ces soins ?

Ces soins sont dispensés à deux catégories de personnes :

  • Personnes de moins de 60 ans : atteintes de pathologies graves (cancer, sida…) ou chroniques, qui ont besoin de soins mais refusent l’hospitalisation ou alors en sortent à peine ou souffrant d’un handicap nécessitant des soins.
  • Personnes de plus de 60 ans : incapables de s’assumer, qui refusent un placement en maison de retraite, préférant leur domicile, ou n’ayant pas les moyens.

Y a-t-il une procédure à suivre pour en bénéficier ?

Quel que soit le profil du patient, l’intervention d’un professionnel garde-malade prodiguant des soins médicaux à domicile doit se faire après une visite chez leur médecin traitant, car c’est uniquement sur prescription médicale qu’il pourra en bénéficier.

Les acteurs des soins à domicile

L’aide-soignant

Ses missions sont multiples et diverses et peuvent être classés en trois catégories.

Soins d’hygiène et de confort :

  • toilette (douche, habillage, coiffure…)
  • repas
  • aide au lever
  • aide au coucher
  • aide à la miction, à la selle
  • aide aux déplacements
  • assurer un bon environnement (bref ménage des pièces principales, rangement, lit…)

Soins curatifs et préventifs qui ont pour but de seconder l’infirmière :

  • vérifier l’application des consignes de l’infirmière (régimes alimentaires, position du patient, intolérances et allergies…)
  • changement de pansement
  • prise des médicaments
  • prise de la température
  • contrôle de la tension
  • contrôle du poids
  • assistance psychologique

Rôle d’intermédiaire :

  • être attentif à l’état de santé du patient, afin de prévenir l’infirmière en cas de problème.
  • lien entre l’équipe médicale et le patient
  • lien entre le patient et sa famille

Aide soignant : qualités et compétences ?

L’aide-soignant a en charge le bien-être du patient, et doit faire en sorte qu’il vive du mieux possible son état de faiblesse.

Pour cela, il doit posséder :

  • des qualités relationnelles, afin d’établir rapidement une relation de confiance avec le patient, mais également avec sa famille.Il est important que le malade n’hésite pas à se confier à son aide-soignant, peu importe le sujet : il doit être totalement à l’aise et pouvoir compter sur lui en n’importe quelle circonstance. Un des principaux rôles de l’aide-soignant est donc d’incarner une présence rassurante et régulière.
  • un sens de l’écoute irréprochable, afin d’anticiper les besoins du patient.

Attention ! Il est important pour l’aide-soignant de respecter la vie privée, l’intimité mais aussi la faiblesse du patient, en veillant à ne jamais le blesser, le dévaloriser ou le dépayser (ses habitudes doivent être conservées).

  • une force de caractère est ensuite indispensable pour exercer ce métier du mieux possible. En effet, la souffrance et la mort étant omniprésentes chez les patients en situation de grande faiblesse, il faut faire en sorte de ne pas se laisser abattre ou submerger par la situation. Même si l’empathie est nécessaire pour exercer ce métier, il est important de ne jamais laisser ses émotions ni son stress prendre le dessus.
  • une force physique, car il doit être capable de pouvoir soulever le patient en cas de malaise, de déplacement, ou d’installation dans son lit ou sur un fauteuil roulant.

Il doit maîtriser les techniques de manutention du corps humain.

Les compétences de l’aide-soignant sont liées à sa formation. Il doit notamment :

  • maîtriser les termes médicaux
  • savoir prodiguer les soins d’hygiène et curatifs évoqués précédemment
  • savoir assurer la bonne communication des informations entre le patient, la famille et l’équipe médicale.

L’infirmière

L’infirmière intervient au domicile du patient, et a en charge ses soins, dans un but préventif, curatif ou palliatif.

Contrairement à l’aide-soignant, l’infirmière intervient dans le but de prodiguer des soins médicaux vitaux : injections, prises de sang, perfusions, dialyses…

Elle peut également se charger des mêmes soins d’hygiène que l’aide soignant :

  • veiller à la prise des médicaments
  • aider le patient dans les actes de la vie essentielle (lever, coucher, miction…)
  • lui apporter un soutien psychologique,
  • veiller à ce que ses conditions de vie soient favorables à son rétablissement.

L’infirmière suit avec attention l’évolution de l’état du patient, par des visites régulières.

Infirmière libérale : qualités et compétences ?

L’infirmière joue un rôle important dans le rétablissement de ses patients, c’est pourquoi elle doit posséder des qualités indispensables pour que le suivi se passe du mieux possible :

  • Des capacités d’écoute et un sens du dialogue, permettent d’établir une relation de confiance entre le patient et l’infirmière. Cette aisance relationnelle facilite les échanges avec la famille, et favorise la confidence du patient.
  • Il faut savoir prendre du recul, et ne pas prendre trop à cœur l’état de ses patients, afin de se préserver en cas de décès ou de grande souffrance.
  • L’organisation et l’analyse sont également nécessaires pour gérer au mieux le nombre important de patient au quotidien.
  • Une force physique est parfois requise, notamment en cas de déplacement du patient, ou bien de malaise, accident vasculaire cérébral…

Les compétences de l’infirmière sont principalement techniques, afin d’être en mesure d’effectuer sans soucis les soins médicaux vitaux telles que la prise de sang, les injections etc…

Des connaissances médicales sont également sollicitées, l’infirmière devant comprendre la prescription du médecin, et anticiper l’état du patient.

Comment et où travaille l’infirmière ?

  • Infirmière libérale : l’infirmière travaille à son compte, elle est son propre patron et gère le nombre de patient qu’elle voit au quotidien.

Elle peut aussi être rattachée à un cabinet d’infirmière et effectuer des gardes à tour de rôles, notamment le week-end et les jours fériés.

  • Infirmière salariée : employée au sein d’un organisme de soins à domicile (SSIAS, HAD…) qui la rémunère directement.